La chenille processionnaire du pin, petite mais envahissante
Du lundi 29 avril 2019 au lundi 30 septembre 2019
Erratum des périodes clés (publication magazine municipal n°88 page 9)
La chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa) est un insecte de l'ordre des lépidoptères. Les larves sont connues pour leur mode de déplacement en file indienne. Elles se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pin, entraînant ainsi une défoliation de l'arbre. En cas d'infestation massive ou de défoliations répétées, l'arbre subit un affaiblissement important et ne peut plus se défendre contre les maladies et les attaques de parasites. Dans les cas les plus critiques, cela peut entraîner une mort de l'arbre.

Il n'existe pas actuellement de réglementation nationale de lutte obligatoire. Pourtant, plusieurs moyens peuvent être mis en place par chacun :

• La lutte mécanique : enlever les nids à l'aide d'un échenilloir (sécateur au bout d'un long manche) et de les détruire en les brûlants. Attention, il convient de se protéger de tout contact avec les poils urticants des chenilles.
• Le piégeage : piégeage des chenilles à l'aide d'un écopiège. Une gouttière en plastique est placée autour de l'arbre, les chenilles échouent dans des poches plastiques remplies de terre.
• Le piège à base de phéromone : il consiste à disposer de fin juin à mi-septembre des capsules de phéromones de synthèse (odeur que libère le papillon femelle) dans un piège suspendu dans les pins. Ces phéromones leurrent et attirent les papillons mâles, empêchant ainsi l'accouplement.
• La lutte biologique : la méthode la plus utilisée est la pulvérisation de toxines produites par une bactérie, le Bacillus thuringiensis var. kurstaki, sur les aiguilles des pins. L'ingestion de ces toxines provoque la mort des larves par intoxication. Les spécialités commerciales homologuées en France ont une persistance d'action très courte, mais aussi une très bonne efficacité sur les stades âgés. L'utilisation en fin d'automne permet ainsi une bonne protection contre cet important ravageur des forêts tout en ayant un impact minimal sur d'autres chenilles du fait de leur absence.
• La lutte chimique : pulvérisation aérienne d'insecticides, elle est de plus en plus abandonnée.

La mairie ayant conscience de l'impact de ce nuisible sur l'environnement privilégie la lutte biologique et le piégeage par phéromones.
Ainsi, chaque année vers le mois d'octobre, une entreprise intervient afin d'effectuer des traitements au Bt (Baccilus Thuringiensis) et ainsi réprimer les populations de chenilles. Des pièges à base de phéromones sont également posés de juin à septembre afin de capturer les papillons mâles, réduisant ainsi la reproduction et donc le nombre des futures chenilles. Enfin, les arbres trop atteints par des cocons sont abattus.

Bien que la mairie traite les arbres sur domaine public, elle ne peut pas éviter les pollutions engendrées par les arbres situés sur domaine privée. Chacun a donc un rôle à jouer pour protéger la biodiversité à Cugnaux.

Pour aller plus loin :

Partagez cette actualité

Horaires d'ouverture

Du 15 juillet au 25 août
Du lundi au vendredi

De 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h

Coordonnées

Hôtel de ville

5, place de l'église

31270 Cugnaux

Téléphone : 05 62 20 76 20

Nous contacter

Cugnaux est membre de

logo_toulouse_metropole

Cugnaux est jumelée avec Cavarzère (Italie)

logo-cavarzere-transparence

Copyright 2018 © Mairie de Cugnaux

<